Partagez | 
 

 KANON ♦︎ C'est pas un mode de vie qu'on veut, c'est une vie à la mode.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
8 of spades

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
p'tit curieux
POTINS : 201
POINTS : 158
ICI DEPUIS : 18/07/2015
AGE : 25

COEUR : C'est quoi alors, l'amour ?
OCCUPATIONS : Master I en Art du Spectacle + Bloggeuse et Youtubeuse fashion/beauté. Sinon, vous la trouverez facilement à la salle de danse puisqu'elle fait partie du club ou au Starbucks. Mais vérifiez quand même si elle n'est pas planquée derrière son ordinateur, avant, ça peut être utile.


MessageSujet: KANON ♦︎ C'est pas un mode de vie qu'on veut, c'est une vie à la mode. Mar 21 Juil - 21:52

Sûr que sortir avec Kanon pour aller « boire un verre » au club du coin n’était pas la meilleure idée qui soit, sauf si on était assuré de pouvoir rentrer à pieds sans manquer de se faire renverser à chaque passage piéton. Ce qui visiblement, n’est pas le cas des deux cousines qui sortent à peine de boîte à quatre heures du matin et font autant de bruit qu’un éléphant aveugle dans un magasin de porcelaine. Cassée, la porcelaine, au point où elles en sont. Karen est accrochée au coup de Kanon et rit comme une hystérique à une connerie que l’autre à sorti plusieurs dizaines de minutes plus tôt. Heureusement, son maquillage ne coule pas et, si elle pouvait se calmer et laisser son visage reprendre sa couleur naturelle, elle serait toujours aussi jolie qu’avant de sortir.

« Ah, mais qu’est-ce que tu peux être conne ! » s’esclaffe-t-elle en déposant un long baiser sur la joue de sa cousine. Bien sûr, entre elles, il est normal de s’insulter affectueusement. Karen ne sait pas aimer autrement qu’en l’insultant de la sorte. De toute façon, Kanon la connaît trop bien. Parfois, elles sont tellement semblables qu’elles ont les mêmes réactions. Pas étonnant que les gens confondent souvent Karen avec Kanon et Kanon avec Karen. Les deux ne font rien pour être différentes. Au contraire, elles trouvent la situation hilarante, la plupart du temps, surtout après autant de coups dans le nez que ce soir-là. Karen n’arrive jamais à garder la tête froide quand elle boit. Elle finit toujours à rigoler comme une imbécile pour rien et, s’il n’y a personne pour la retenir, dans le lit d’un beau garçon ou d’une jolie fille. Peu lui importe tant que c’est plaisant à regarder.

Tout en marchant, elle regarde fixement quelqu’un en face d’elle. En fait, elle est même plantée devant un bar de nuit où un groupe de chinois discutent bruyamment. Elles sont dans le quartier chinois par lequel elles passent pour rentrer chez elle. Karen dévisage les gens sans se rendre compte qu’ils l’ont déjà tous vue et sont en train de faire de leur mieux pour ne pas relever son regard insistant. Tout d’un coup, elle décoche un magistrale coup du plat de la main sur le bras de Kanon pour l’interpeler et les désigne du pouce, par-dessus son épaule. « Ils racontent n’importe quoi ! C’est du chinois, même moi j’comprends pas ! » s’exclame-t-elle à tue-tête sans se demander si ces gens comprennent le japonais ou devinent l’insulte insinuée malgré tout. Reste plus à Kanon qu'à essayer de rattraper le coup avant que la petite troupe ne se décide à les chasser. Probablement à coup de canard laqué, se dit Karen en ricanant, s'agrippant au bras de sa cousine pour ne pas s'étaler par terre du haut de ses longues jambes et hauts talons.


Revenir en haut Aller en bas
9 of diamonds

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
p'tit curieux
POTINS : 184
POINTS : 113
ICI DEPUIS : 18/07/2015
AGE : 24

COEUR : Qu'est-ce que c'est ?
OCCUPATIONS : Etudiante en M2 Design et capitaine des cheerleaders. On peut facilement la trouver sur tinder ou au starbuck du coin lors de ses pauses... Car oui, madame vend des sous-vêtements pour gagner sa vie.


MessageSujet: Re: KANON ♦︎ C'est pas un mode de vie qu'on veut, c'est une vie à la mode. Mar 21 Juil - 22:24

Attention à la marche. Mais quelle marche ? L'esprit embrumé, Kanon tente de se frayer un chemin vers la sortie en compagnie de cousine. Par habitude, elle arrive à marcher dans la rue avec ces talons hauts sans même trébucher. Pourtant, la démarche nonchalante trahie son taux d'alcoolémie offert par de nombreuses personnes au sein du club. Des "habitués" des lieux et des habitués de Kanon, comme certains ont le culot de lui dire.

Pas un mot n'est cohérent, si même qu'elle bégaie légèrement. C'est probablement pour ça que Karen se fiche littéralement de sa figure sans cette, mais cela n'ébranle même pas la fierté de la brunette... Pourquoi devrait-elle se vexer ? De cette bouche, elle peut tout entendre. Accroché, telle une enfant au bras de sa cousine, Kanon pouffe de rire à son tour lorsque Karen dépose ce baiser sur sa joue. Ayeeeee, tu m'as fait une marque sur la joue. Bougonne-t-elle sans même penser un seul mot de cette réflexion. Pas besoin de se prendre la tête, bien que ce soit la situation idéale pour s'attirer des ennuis. Avec une ivresse pareille sur la voie publique, c'est direction le commissariat pour les deux jeunes filles. Replaçant ses cheveux dans son dos pour ne plus avoir une mèche désagréable sur le visage. L'air est frai et rafraichissant, néanmoins ce n'est pas assez pour décuver et effacer la rougeur de ces fichues joues trahissant l'ivresse en plus de ce regard vitreux. Boire de l'eau. Il faudra boire de l'eau en rentrant pour éviter la migraine, mais peut-être que d'ici là, la jeune femme aura oublier ce conseil de grand-mère. Tant pis.

Profitant de ce qui semble être un semblant d'absence de la part de sa cousine, il est désormais l'heure pour Kanon de se lancer dans une quête périlleuse de "retrouver le téléphone planqué dans le soutien-gorge ou dans le sac a main". Pourquoi ? Parce qu'il lui faut immortaliser cet instant précis, comme tous les soir pour publier sur les réseaux... C'est la mode, c'est tendance et c'est une addiction fâcheuse. La vue trouble l'empêche de lancer facilement son application, mais après de longues secondes et de multiples tentatives en appuyant à côté, l'appareil photo est lancé. Le bras se lève doucement, tentant de cadrer son visage, elle pivote doucement vers Karen... Et puis... Aiiiish. s'exclame-t-elle lorsqu'elle reçoit un violent coup qui fait tomber son téléphone devant ses pieds. Tu te la joue Shaolin parce qu'y a des Chinois ? dit-elle en tournant la tête vers la cible, mauvaise malgré sa cousine hilare à son bras. C'est de leur faute après tout, qu'est-ce qu'ils foutent ici, s'ils n'étaient pas là son téléphone serait encore dans sa main !

C'est alors que Kanon se baisse sans la moindre féminité pour ramasser son téléphone constatant du coin de l'oeil que celui-ci est fêlé avant de dépasser Karen, d'une petite tape sur l'épaule en mode "tkt je gère". Manque de crédibilité total malgré tout à cause de l'ivresse, mais pourtant, elle s'approche d'eux avec l'assurance nécessaire. YAH? Cassez-vous les moches!! Agressive à souhait en coréen, elle lève son téléphone pour leur montrer la fêlure de l'écran. Vous avez cassé mon téléphone,... Ça t'amuse ? Lâche-t-elle de nouveau brutalement à l'un d'entre eux qui rigole. Oh. Il n'en manque pas une. Sans un mot, elle place son téléphone dans son soutien-gorge (le rangement suprême), s'abaisse doucement et retire une chaussure à talons pour lui jeter à la figure en hurlant. RETOURNE MANGER DU CHIEN ESPECE DE MALADE ! Oui. L'alcool faisait de Kanon une folle hystérique en temps normal. Il sera probablement temps de courir après cette scène... Mais non, la jeune femme retire déjà son autre chaussure, prête à en découdre.
Revenir en haut Aller en bas
8 of spades

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
p'tit curieux
POTINS : 201
POINTS : 158
ICI DEPUIS : 18/07/2015
AGE : 25

COEUR : C'est quoi alors, l'amour ?
OCCUPATIONS : Master I en Art du Spectacle + Bloggeuse et Youtubeuse fashion/beauté. Sinon, vous la trouverez facilement à la salle de danse puisqu'elle fait partie du club ou au Starbucks. Mais vérifiez quand même si elle n'est pas planquée derrière son ordinateur, avant, ça peut être utile.


MessageSujet: Re: KANON ♦︎ C'est pas un mode de vie qu'on veut, c'est une vie à la mode. Mer 22 Juil - 4:27

Karen n’en peut plus de rire. Elle ne sait plus si elle doit rire, pleurer, pleurer de rire ou se pisser dessus. La dernière option étant la plus probable compte tenue la quantité d’alcool ingérée par la demoiselle. Heureusement, elle a un peu de tenue et a beaucoup trop l’habitude de boire. Elle rit à s’en arracher les dents, si c’était possible, du comportement de sa cousine. Au fin fond de son subconscient, elle se doute que le lendemain matin, elles se disputeront la cuvette des toilettes pour vomir les restes de Vodka Orange et de Jet 27 agrémentés d’un peu de rouge à lèvres avalé en même temps. Mais pour le moment, tout ce qui la concerne, c’est de voir la chaussure hors de prix de sa cousine filer droit dans la figure d’un des noich qui se moquait ouvertement d’elles. Elle rit de plus belle. Son rire est fort, nasillard et particulièrement énervant.

Alors que la pauvre victime de la chaussure de Kanon se lève, furieux, et s’approche dans l’intention probable de leur faire payer leurs moqueries et leurs actes, Karen récupère le peu de sobriété qui lui reste pour se ruer sur Kanon et la pousser. « Vas-y, putain, cours ! » s’écrit-elle, en riant toujours. Dans le même temps, elle a enlevé ses propres talons, parce que courir avec des plateformes à talons Louboutin n’est pas chose facile, et se rue en avant, bousculant leur agresseur, pour récupérer la chaussure perdue de la couz’ avant de se jeter à sa suite pour fuir. Fuir le plus vite possible en remontant une robe déjà courte mais trop moulante pour écarter les jambes. Pour courir. Pour le reste, les cousines Majima trouvent toujours une solution. « Ouais, tu jettes les cadeaux que j’te fais, maintenant !? » lui hurle-t-elle alors qu’elles courent. En réalité, la Karen s’en fiche royalement. Mais on ne gaspille pas l’argent et on ne jette pas une magnifique paire de groles. Néanmoins, elle est toujours en train de rire en prenant ses jambes à son cou.

Elles courent le long d’un petit parc dans lequel Karen aime bien venir déjeuner quand elle a du temps. Leur poursuivant est plutôt loin derrière mais sait-on jamais. Elle attrape son double par le bras et la tire sur le côté pour entrer dans le parc. Premier buisson qui vient. Fringues délicates et hors de prix ? Bat les steaks, situation d’urgence. Elle la pousse à travers les branches et se jette derrière elle. Elle plaque alors une main sur la bouche de sa cousine et l’autre sur la sienne. Quand elles peuvent enfin entendre l’homme continuer sa course, haletant, Karen se remet à ricaner. Le bruit de ses pas s’estompent. Elles peuvent respirer. Karen s’assoit plus normalement dans l’herbe, toujours dans le buisson. Elle se marre. « On remet ça demain, meuf ? »


Revenir en haut Aller en bas
9 of diamonds

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
p'tit curieux
POTINS : 184
POINTS : 113
ICI DEPUIS : 18/07/2015
AGE : 24

COEUR : Qu'est-ce que c'est ?
OCCUPATIONS : Etudiante en M2 Design et capitaine des cheerleaders. On peut facilement la trouver sur tinder ou au starbuck du coin lors de ses pauses... Car oui, madame vend des sous-vêtements pour gagner sa vie.


MessageSujet: Re: KANON ♦︎ C'est pas un mode de vie qu'on veut, c'est une vie à la mode. Jeu 23 Juil - 11:11

Encaisser les coups, c'est loin de faire peur à la beauté asiatique, c'est pourquoi, même en état d'ivresse elle ne recule pas quand il est question d'affirmer sa fierté. Il est vrai que cette image vulgaire et agressive ne correspond pas vraiment à la femme fatale qu'elle prétend être. Cependant, Kanon avait réussi à se forger une réputation de tigresse grâce à ce tempérament de feu. Peu de gens le savaient, mais recevoir des coups, c'est un argument de plus pour lancer des injures aux hommes. C'est d'ailleurs toujours dans la provocation qu'elle brandit cette autre chaussure en menaçant d'une voix mal assurée, conséquence de l'alcool. Quoi ? Tu vas taper une femme ? Espèce de lâche. Vous êtes touuuus pare- Titubant, les paupières lourdes, peut-être serait-il préférable que cet inconnu sorte une plaque de police pour emmener l'ivrogne du quartier en garde à vue. Mais non.

Pieds nu sur le bitume, son regard tente de passer d'un gars à l'autre, mais elle est beaucoup moins lucide qu'en cette fin de soirée : la fatigue se fait sentir. Alors qu'elle s'apprête à jeter son autre talon  à la figure du même type, elle se retrouve projetée en avant par Karen tout en s'agrippant à la chaussure dans ses mains (on sait jamais, si ça peut l'empêcher de tomber en gardant une once d'équilibre), l'incitant à courir pour sauver sa peau. Courir, maintenant? Si elles n'étaient pas dans le feu de l'action, Kanon se serait probablement roulé par terre hilare, mais l'adrénaline pousse son corps tandis qu'elle s'accroche à sa chaussure en faisant de grandes enjambées. On se reverra, Looser !! Lâche t-elle en courant, s'imaginant qu'ils ne les suivent pas. Pourtant, lorsqu'elle jette un coup d'oeil à Karen dans la fuite, elle peut les voir, comme s'ils avaient eu du mal à se décider, à une centaine de mètres derrière eux. L'effet est efficace, car Kanon accélère, déchirant au passage la couture de sa robe au niveau de la cuisse. Si elle a envie de répondre a Karen qu'elle a déchiré aussi la robe qu'elle lui avait prêté, elle estime qu'au vu de la fente, celle-ci sera à même de constater les dégâts.

Et puis, elle continue la course, sans même réaliser ou elle se rend, trop troublée par la situation et par l'alcool. Elle n'arrive même pas à rire, le souffle coupé par les bouffée d'air qu'elle prend en courant. C'est Karen encore qui lui sauve la mise, l'écrasant dans un buisson alors qu'elle s'apprêtait à courir. Mon brush- s'apprête t-elle à dire avant que la main de sa cousine s'écrase sur sa bouche. C'est comme si elle avait oublié la situation d'avant. Elle fixe la brunette, la K abasourdie, prête à se plaindre de la terre sur ses genoux. Puis, quand viens le moment de libération et que cette même K ouvre la bouche après s'être assise correctement, Kanon à quatre pattes lève le doigt pour le poser sur la bouche de sa douce avec un bruyant Shhhhhhhh digne de tous les ivrognes. Attends ! dit-elle en sortant son téléphone de la poche de sécurité avant de s'accroupir en mode "pipi dans les bois", mais juste la position hein è.é Un petit coup d'oeil sur l'agenda, elle s'exprime telle une personne ayant eu une illumination. Qu'est-ce que tu racontes. On est demain !!! S'en suit un rire hystérique et une petite tape sur l'épaule de Karen.

Oui Kanon. Oui. L'alcool ne te rend pas plus belle ni plus intelligente.
Revenir en haut Aller en bas
8 of spades

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
p'tit curieux
POTINS : 201
POINTS : 158
ICI DEPUIS : 18/07/2015
AGE : 25

COEUR : C'est quoi alors, l'amour ?
OCCUPATIONS : Master I en Art du Spectacle + Bloggeuse et Youtubeuse fashion/beauté. Sinon, vous la trouverez facilement à la salle de danse puisqu'elle fait partie du club ou au Starbucks. Mais vérifiez quand même si elle n'est pas planquée derrière son ordinateur, avant, ça peut être utile.


MessageSujet: Re: KANON ♦︎ C'est pas un mode de vie qu'on veut, c'est une vie à la mode. Lun 27 Juil - 16:59

La course et le plongeon dans le buisson ont réussi à réveiller un peu Karen de son rêve alcoolisé. Et manque de chance, elle se rend compte que ce n’est pas un rêve. C’est loin d’en être un. Elles sont bel et bien cachées dans un buisson. Kanon a des feuilles dans les cheveux, sa robe est déchirée et elle a de la terre sur les genoux. A tout bien y réfléchir, Karen se dit qu’elle doit avoir à peu près la même temps, à la différence près qu’elle doit ressembler à Cruella avec ses cheveux attachés et les mèches s’échappant de son chignon. Quand elle baisse les yeux sur ses genoux, elle voit un peu de sang sur le genou gauche. Rien de bien grave, juste une égratignure. Elle tremble un peu. Il faut avouer que ces types, outre l’hilarité des deux filles, étaient assez terrifiants quand ils se sont mis à leur courir après. Lentement mais sûrement, de ses mains tremblantes, la métisse des deux commence à retirer les épingles de ses cheveux. Une à une, les mèches blondissantes tombent sur ses épaules. « Okay, c’est b— » Un doigt s’écrase sur sa bouche avec un bruit retentissant s’échappant des lèvres de sa cousine. Karen lève les yeux au ciel et presse sa main sur sa bouche. « Toi, tais-toi ! » grogne-t-elle à voix basse avant de repartir en fou rire, s’étalant à moitié sur Kanon.

Elles ne sont pas finies, ces deux-là, à rire comme des folles l’une sur l’autre. Pendant un moment de calme, Karen se dit que finalement, la vie comme ça pourrait être agréable. Sa cousine, des fêtes, de l’alcool, des conquêtes en pagaille. Que pourrait-on demander de mieux ? se dit-elle. Tellement de choses, lui hurle une petite voix à l’arrière de sa tête. Notamment de l’amour. Karen clôture cette conversation interne avec un « ta gueule » ennuyé. Comme si ça ne suffisait pas, Kanon lui claque une tape sur l’épaule que Karen lui rend un peu plus fort. Elle s’imagine que cela va aider la cousine à décuver un peu. Elle est alors la première à esquisser un mouvement pour se redresser. «  Aller, viens, » fait-elle en se relevant sur ses jambes. Jambes qui visiblement sont tout aussi soûles qu’elle alors qu’elles la font tanguer d’avant en arrière pendant quelques secondes avant, non pas la chute, mais qu’elle arrive à se stabiliser en prenant appui sur un tronc d’arbre. « Okay, on est bon. Aller, viens, ma poule, on rentre. Je sens que je vais dégueuler dans mes chaussures… » marmonne-t-elle en retenant un rot relativement peu féminin. En parlant de chaussures. Où est passé la chaussure solitaire que Kanon a jeté à la figure du chinois et qu’elle a récupéré avant de partir ? Karen grogne et regarde autour d’elle jusqu’à apercevoir la magnifique chaussure à talons. Elle se baisse, ou plutôt en se penche en avant, charmante et délicate princesse, et attrape la chaussure, la tendant immédiatement à sa cousine, la petite Cendrillon.

Sans un mot, elle attrape celle qu’elle qualifierait parfois de jumelle par la main et l’entraîne doucement. Dans son brouillard d’alcool, elle croit se souvenir qu’elles habitent à peu près dans la direction vers laquelle elle l’entraîne. De toute façon, ses jambes la portent et, aussi soûles soient-elles, elles se souviennent de la direction à prendre. Les deux jeunes femmes commencent à traverser le parc. L’air est lourd, la température élevée. Karen transpire légèrement. C’est alors qu’elle aperçoit une petite fontaine au milieu du parc et son excitation repart au quart de tour. Elle sourit de toutes ses dents et se tourne vers Kanon, brièvement. « La dernière à la fontaine ! s’écrit-elle d’une voix beaucoup trop forte qui risquerait d’ameuter tout le voisinage. Elle s’en fiche et court à grandes foulées vers la fontaine. Elle enjambe le rebord en pierre et atterrit dans l’eau. Alors, elle se met à rire de plus belle, s’amusant à taper des pieds dans l’eau pour s’en asperger. Peu importe le maquillage, les vêtements hors de prix et l’opinion des autres. Elle veut vivre et l’action toute simple de barboter dans une fontaine la rend euphorique.


Revenir en haut Aller en bas
9 of diamonds

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
p'tit curieux
POTINS : 184
POINTS : 113
ICI DEPUIS : 18/07/2015
AGE : 24

COEUR : Qu'est-ce que c'est ?
OCCUPATIONS : Etudiante en M2 Design et capitaine des cheerleaders. On peut facilement la trouver sur tinder ou au starbuck du coin lors de ses pauses... Car oui, madame vend des sous-vêtements pour gagner sa vie.


MessageSujet: Re: KANON ♦︎ C'est pas un mode de vie qu'on veut, c'est une vie à la mode. Ven 31 Juil - 19:24

Si l'on débute le débat du toi tu te tais ou non c'est plutôt toi que moi... Autant dire que les filles peuvent rester indéfiniment dans ce buisson. En temps normal, on ne fait pas taire la belle Kanon, mais Karen a bien souvent hérité de tous les droits imaginables, même les plus fous. Plutôt que de grogner de nouveau pour lui demander le silence, ses lèvres se scellent délicatement dans une moue affreusement mignonne lié à l'ivresse, rendant très peu crédible sa tentative d'attendrissement.

Se laissant guider, telle une barque sur une rivière, Kanon ne ronchonne déjà plus lorsque Karen se décide à l'emmener dieu-ne-sais-où. Une chose est sûre, c'est qu'il faut rentrer, mais impossible de se repérer tellement sa vision est décomposée. Elle se lève, avec le peu d'assurance qui lui reste, tenant tant bien que mal ses affaires et sursautant lorsque sa douce cousine émet un son plein de délicatesse digne d'une lady. Déconnectée, c'est le mot, c'est lorsque Karen s'avance pour aller ramasser sa belle chaussure que la tigresse réagit : par on ne sait quel procédé, elle arrive à lui retirer des mains aussi vite que l'éclair d'un air accusateur. Pas dans celle là. Dit-elle instinctivement. J'y tiens tout particulièrement. Valeur sentimentale. Oui, tout cadeau de Karen est un cadeau sentimental de base. Si vous pensez qu'elle va exploser de rire ? au contraire, elle est carrément sérieuse. Si jamais elle ose vomir dans cette chaussure..

Et elles repartent, sans vagues ni remord, oubliant déjà ce qu'il s'est passé. Impossible de capter le nord ici, si bien que la féline marche les yeux rivés sur les étoiles. La première à la fontaine hm ? Un pas, puis deux. Ses yeux n'ont pas encore quittés le ciel qu'elle entend déjà sa cousine sauter dans l'eau. Maaaaaaaaaaaaais........ lâche t-elle telle une enfant qu'on prive de sucrerie dès l'instant ou ses yeux se portent sur Karen. Tu triiiiiiiiiiiiches. bougonne t-elle toujours, enfant gâtée comme elle, avançant un pas après l'autre... Non.. Elle piétine même, tapant ses talons contre le bitume. Mauvaise, elle jette sa deuxième chaussure dans la fontaine, à l’opposé de sa cousine. NAILED IT. L'alcool, vous savez... N'aide pas quand on est d'une nature de "winner" à ne jamais aimer perdre.

Son pied se lève sur le rebord, et plutôt que de plonger, la tigresse s'amuser à marcher, tant bien que mal, en équilibre sur le rebord. Ne, Karen. Tu crois qu'on pourra refaire ça souvent ? La nostalgie l'emporte dans ses bras. replaçant une mèche derrière son oreille, elle continue son travail de funambule et continue. Même quand on sera vieille ? Oui... D'ailleurs, mamie est assez vieille car elle perd l'équilibre et sa crédibilité à la fois dans un énorme plouf!

Bonjour. Je n'ai pas d'équilibre.
Revenir en haut Aller en bas
8 of spades

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
p'tit curieux
POTINS : 201
POINTS : 158
ICI DEPUIS : 18/07/2015
AGE : 25

COEUR : C'est quoi alors, l'amour ?
OCCUPATIONS : Master I en Art du Spectacle + Bloggeuse et Youtubeuse fashion/beauté. Sinon, vous la trouverez facilement à la salle de danse puisqu'elle fait partie du club ou au Starbucks. Mais vérifiez quand même si elle n'est pas planquée derrière son ordinateur, avant, ça peut être utile.


MessageSujet: Re: KANON ♦︎ C'est pas un mode de vie qu'on veut, c'est une vie à la mode. Lun 3 Aoû - 17:50

Pendant un instant, Karen n’a pas pu s’empêcher de fixer Kanon d’un air absolument désespéré. Valeur sentimentale, dit celle qui ne semble pas avoir regretté de déchirer la robe offerte par sa cousine. Elle a hésité à répondre quelque chose qui aurait tendu de l’ordre du « tu te fous de ma gueule ? » plutôt que d’un petit mot doux attendri. Au final, l’appel de l’eau a vaincu. Il est vrai que patauger dans une fontaine répugnante et pleine de pièces en étain est beaucoup plus tentant que de vomir dans la chaussure de Kanon juste pour la rendre folle de rage. Le tétanos, c’est pour les faibles. On le sait tous. Tousse, tousse.

Soûle, la cousine est d’une immaturité exemplaire. Parfois, Karen aimerait être comme elle. Un peu plus. Même bourrée, elle n’arrive pas complètement à perdre pied avec la réalité. Elle a un pied dehors mais garde un pied dedans. Tout comme Kanon qui grimpe tant bien que mal sur le rebord de la fontaine. Karen ne s’inquiète pas. Pas vraiment en tout cas. Même si elle tombe et se blesse, sous l’effet de l’alcool, tout ira bien. Récupérant la chaussure trempée et désormais foutue, la plus jeune rejoint son ainée et lui prend la main délicatement. Elle sourit à son interrogation mais n’a pas vraiment le temps de répondre. Evidemment, il fallait bien que Kanon glisse. Karen a juste le temps d’enrouler ses bras autour d’elle pour la protéger qu’elles tombent toutes les deux dans l’eau bien trop chaude à cause des hautes températures. Elle sent Kanon s’affaler sur elle, bien contente de l’avoir empêchée de se faire mal. Petit à petit, une douleur se fait sentir le long de sa jambe droite. En tombant, elle s’est complètement éraflée. Ce n’est pas la classe. Néanmoins, elle réfléchit toujours à ce que lui a dit la belle brune aux cheveux longs.

Toutes deux à présent assises dans l’eau, Karen serre sa cousine contre elle. « Je pense que oui… Même quand on sera vieilles… Dans des années, quand on ne sera plus ni si têtues ni prétentieuses et quand on en aura marre de la mode et des mecs, je pense qu’on pourra continuer à se bourrer comme ça… jusqu’à perdre pieds. » Pendant un instant, elle repose son front contre le crâne brune de cette morveuse qu’elle aime plus que tout pour finalement laisser sa tête glisser jusqu’à son épaule. Elle laisse échapper un petit gémissement de fatigue. Elle n’est pas physiquement fatiguée, mais plutôt mentalement. C’est dur d’avoir l’air forte et intouchable tout le temps. Il n’y a qu’avec Kanon qu’elle puisse être autrement. Et autrement, c’est-à-dire, naturelle, plus douce et drôle mais également épuisée d’une vie qui n’a jamais fait le moindre sens à ses yeux.

Elle jette un regard à la pauvre chaussure, abandonnée sur le rebord de la fontaine et laisse échapper un rire peu féminin. « J’aurais pu vomir dedans, » fait-elle et en profite d’avoir la tête tournée dans la bonne direction pour planter un baiser sur la joue de cette cousine qu’elle considère plus comme une soeur. « Valeur sentimentale, mon cul ! » Et c’est reparti pour un fou rire, cachée dans les cheveux emmêlés de Kanon. La grande classe.


Revenir en haut Aller en bas
9 of diamonds

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
p'tit curieux
POTINS : 184
POINTS : 113
ICI DEPUIS : 18/07/2015
AGE : 24

COEUR : Qu'est-ce que c'est ?
OCCUPATIONS : Etudiante en M2 Design et capitaine des cheerleaders. On peut facilement la trouver sur tinder ou au starbuck du coin lors de ses pauses... Car oui, madame vend des sous-vêtements pour gagner sa vie.


MessageSujet: Re: KANON ♦︎ C'est pas un mode de vie qu'on veut, c'est une vie à la mode. Lun 10 Aoû - 14:06

Cruelle mélancholie. Si seulement l'alcool ne jouait pas autant sur les sentiments de la japonaise, peut-être serait-elle encore hilare à l'heure qu'il est. Pourtant, tout dépend du mode de vie de Kanon à l'instant "ivresse". Parfois, il lui arrive d'être très enjôleuse voir ridicule, passant pour la fille facile du coin. d'autres fois, la princesse était violente — mais seulement en une compagnie bien particulière, ou son torrent d'insultes se mêlait à des tentative de griffures mêlées aux larmes du désespoir. Avec Karen, elle alterne la joie de vivre, l'insouciance et la réflexion profonde sur son existence. Avouons-le : même si Kanon est l'aînée, c'est probablement celle qui est la plus en proie au doute, non ? Enfin, quoique Karen peut avoir des moments comme ceux-là, mais la brunette a toujours considéré sa cadette comme plus mature dans de nombreux sujets. Plus forte. Plus inébranlable.

Tandis que ses yeux s'adoucissent un court instant lorsque Karen lui répond tout en la serrant contre elle, Kanon ne peut s'empêcher de se sentir gênée. Ce n'est pas leurs genre de se la jouer sentimental, même sous l'emprise de l'alcool, si ? Quoique... Mais non merde, c'est un très bon moyen de ruiner cette ambiance bon enfant. Pourquoi diable a t-elle posée cette question ? Autant avouer qu'elle n'arrive plus a réfléchir, alcool, chaleur, fatigue, ce n'est jamais un bon ménage... Et puis Kanon n'a "jamais" été réputée pour réfléchir... Même si...

Pleure pas. Ronchonne t-elle lorsque Karen se pose contre son épaule et soupir. Si tu pleures, je te gifle. Vous savez, avec l'alcool, on ne connait la réaction des gens, c'est pourquoi la belle Kanon tente de se rassurer en menaçant sa douce. La faire pleurer avec cet instant mélancolique ce serait le comble ! Mais dieu merci, Karen est loin de pleurer, car à l'instant ou elle regarde la superbe - que dis-je, la SUBLIME- chaussure de la brunette, le coup d'oeil "discret" qu'elle lui jette en dit long, même lorsqu'elle l'embrasse. Cette chaussure a voté plus de culs que tu ne l'imagines ma jolie. Dit-elle en attrapant le visage de la demoiselle entre ses doigts manucuré de vernis rouge pétasse. C'est grâce à elles que je suis encore en vie.   Elle est presque sérieuse, mais le tremblement de ses épaules trahi son gloussement qu'elle tente en vain d'étouffer.

Bon dieu. Tu sais que tu as une sale gueule ce soir...? Il est clair que la soirée n'a pas épargnée Karen tout comme Kanon. Néanmoins, Karen était toujours aussi belle, même en mode "trash dans la fontaine", mais ça, Kanon n'allait pas lui avouer: sa cousine n'avait qu'à lire dans le bleu de ses yeux. Sans lâcher le visage de sa belle andalouse, elle dépose un doigt sur son nez comme sa mère a toujours eu l'habitude de faire. Quand on rentre, tu fais un masque contre la fatigue et tu bois un bon litre d'eau. Ses doigts glissent le long de ses joues pour tomber sur ses jambes. Un peu d'effort pour Kanon, qui tente de se relever non sans peine. Il faut... au moins... que l'une d'entre nous soit présentable demain.... si Charmant sonne à la porte. Et va te bercer ailleurs que dans les contes de fée, idiote.




Revenir en haut Aller en bas
8 of spades

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
p'tit curieux
POTINS : 201
POINTS : 158
ICI DEPUIS : 18/07/2015
AGE : 25

COEUR : C'est quoi alors, l'amour ?
OCCUPATIONS : Master I en Art du Spectacle + Bloggeuse et Youtubeuse fashion/beauté. Sinon, vous la trouverez facilement à la salle de danse puisqu'elle fait partie du club ou au Starbucks. Mais vérifiez quand même si elle n'est pas planquée derrière son ordinateur, avant, ça peut être utile.


MessageSujet: Re: KANON ♦︎ C'est pas un mode de vie qu'on veut, c'est une vie à la mode. Lun 17 Aoû - 2:50

« Si tu me gifles, je te noie, » réplique Karen du tac au tac. L’amour vache, dit-on. Le self defense, dirait plutôt Karen. Elle bâille longuement, très longuement au visage de Kanon, lui envoyait son haleine alcoolisée à la figure. Pas de souci, elle doit à peu près sentir la même chose et ce n’est pas comme si elles se souviendraient de tout cela le lendemain. Pendant un instant, quand la cousine attrape son visage, Karen se dit qu’elle va l’embrasser et elle est totalement prête, même si inceste, tout ça, tout ça. Ce n’est pas très grave, se dit-elle. Un petit baiser, ce n’est rien. C’est comme quand sa mère l’embrassait sur le coin des lèvres pour lui dire bonne nuit. Ah, ça y est. On passe à la partie moins drôle que sont les souvenirs nostalgiques. Voire même tragique pour ce qui est de sa mère. C’est bien une des raisons pour lesquelles elle ne se laisse que deux options. Soit elle ne boit pas, soit elle boit assez pour faire une petite espèce de coma éthylique jusqu’au matin pour ne pas avoir à endurer la phase nostalgiiiiiie. Karen râle et essaye de s’extraire de ses mains. « Ce que tu peux être chiante, ce soir, toi… » Bien vite, cependant, elle comprend bien que Kanon lui crèverait les yeux pour la garder dans cette position jusqu’à ce qu’elle ait décidé de la relâcher.

De nouveau, sentant le doigt de sa cousine sur son nez, elle laisse échapper un râle d’ennui et se débat. « Mais putaaaaiiiiiin ! Déjà, tu arrêtes avec mon nez. Je vais pas boire un litre d’eau sinon j’vais me lever toutes les demi-heures pour pisser. Et je ferais le masque demain, j’ai envie de dormiiiiiiir… » Elle a peut-être été un peu violente dans sa façon de lui parler mais ça lui est égal. De toute façon, elles ne s’en souviendront pas. Elles se relèvent, s’aidant l’une l’autre. Karen aide sa belle à sortir de la fontaine sans qu’elle glisse. Sans un mot, elle la force à remettre ses chaussures. Aucune excuse. Elle n’a pas vomi dedans et les pompes sont juste mouillées. Autant ne pas attraper le tétanos en marchant sur un clou. « Le prince charmant n’existe pas, ok ? Il s’est marié à Cendrillon, lui a refilé des gosses et des hémorroïdes et s’est barré avec la servante. Alors maintenant tais-toi et marche. J’veux rentrer j’en ai marre. Pis la robe me colle aux fesses… » Remarque très chic pour la petite princesse qui d’ordinaire fait tellement attention à son look. Princesse qui, bourrée et fatiguée, n’attend qu’une chose pouvoir rentrer, se recroqueviller dans son lit avec le chat et oublier qu’elle n’attend rien de l’amour et vomit à la figure des gens amoureux.

Karen prend Kanon par le bras. Ou peut-être est-ce l’inverse. Les deux jeunes femmes se cramponnent l’une à l’autre pour pouvoir marcher droit. En tout cas, c’est la blonde qui les guide hors du parc. Elles arrivent enfin à un croisement où il n’y a quasiment personne à l’exception d’un policier qui fait le guet — ou le gay ? — au niveau du passage piéton. Il se tient bien droit, les mains croisées dans le dos. Bref, la proie parfaite pour Karen. Elle affiche déjà son sourire carnassier et jette un coup d’oeil entendu à la cousine qui doit sans doute déjà avoir compris l’objectif de Boucles d’Or. Lâchant le bras de la demoiselle, elle sautille gaiment vers le policier. « Bonsoir, beau gosse ! » s’exclame-t-elle. Elle a visiblement oublié à qui elle s’adresse. Le policier hausse un sourcil et soupire, sans pour autant plus bouger de sa position. Il doit avoir l’habitude, mais c’est de sa faute s’il est séduisant, se dit Karen pour se convaincre que draguer un agent de police dans l’exercice de ses fonctions n’est pas enfreindre la loi. Elle se pend à son bras. « Eh bah alors, on ignore une jolie fille ? Ça vous dit d’aller prendre un verre avec nous ? Et peut-être nous prendre chacune notre tour aussi. »

Et, le temps d’un battement de sourcil, la voilà avec les mains menottées, jetée avec Kanon dans la voiture de police, direction le commissariat. « EEEEEHHHH ?! »


Revenir en haut Aller en bas
9 of diamonds

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
p'tit curieux
POTINS : 184
POINTS : 113
ICI DEPUIS : 18/07/2015
AGE : 24

COEUR : Qu'est-ce que c'est ?
OCCUPATIONS : Etudiante en M2 Design et capitaine des cheerleaders. On peut facilement la trouver sur tinder ou au starbuck du coin lors de ses pauses... Car oui, madame vend des sous-vêtements pour gagner sa vie.


MessageSujet: Re: KANON ♦︎ C'est pas un mode de vie qu'on veut, c'est une vie à la mode. Jeu 27 Aoû - 16:01

La robe colle aux fesses. Si Kanon en avait la force, elle aurait probablement rétorqué qu'elle n'avait pas que ça qui lui rentre dans le fessier. Il faut dire, la dentelle de ses sous-vêtements est très désagréable et la gratte, si bien qu'elle ne se gêne pas pour écarte et remettre en place "gracieusement" l'attirail.

Docile. L'alcool rend Kanon docile avec Karen. Quoi que... Elle l'est souvent avec elle dans son état normal. Il faut être honnête : sa cousine est la seule personne avec qui elle peut retenir ses dires pour éviter les conflits inutiles. Bien sur à l'époque elles se sont chamaillées et même tirées les cheveux... Mais ça c'était avant. Avec l'âge, on gagne en maturité.. Enfin presque. Pour ces deux là, il faut encore manger des kinder surprises pour tenter de la trouver un tant soit peu.

Chaleur étouffante, fatigue pesante. Son bras entre les mains de sa douce, Kanon se laisse guider vers la maison. Après tout, elle non plus est incapable de boire son litre d'eau en arrivant : elles seront ce qu'elles ont toujours été un lendemain de soirée... Des déchets vivants, portant trois tonne de maquillage et des lunettes pour camoufler tout ça. Si Karen a déjà repéré une nouvelle proie au coin de la rue, la brune quant à elle se met néanmoins sur ses gardes. Même si l'envie lui prend de rattraper le bras de sa cousine pour lui intimer de ne pas y aller, elle se tait, les yeux fixés sur le véhicule de police non loin, que Karen a probablement omis de voir.

La police, Kanon n'y touche pas. Si les bad boy lui plaisent, les "héros" lui font ni chaud ni froid. Tentant de paraître le plus lucide possible, l'ébriété étant interdite sur la voie publique, elle s'avance les bras croisés en oubliant l'état vestimentaire dans lequel elles sont. Karen est entreprenant, si bien que sa dernière remarque arrache une grimace de surprise à la tigresse qui laisse échapper un petit rire. Bien entendu, elle l'à vu ce petit coup d'oeil presque intéressé... Mais non, en fait non il semble regarder quelqu'un derrière la brunette.

Problématique.

Elle pivote, mais c'est déjà trop tard pour les Majima. Le bougre ninja-policier-vieux-moche lui a passé les menottes en douce en lui faisant la morale. Mauvaise, c'est l'état actuel de Kanon à l'instant ou le "beau gosse" lui appuie sur la tête pour l'asseoir dans la voiture de police. Aiiish, ça suffiiiit. Râle t-elle en japonais avec son expression vulgaire. Pourquoi c'est moi qui me suis tapé le plus vieux des deux ? Dit-elle dans un mélange de japonais et coréen, rendant attentif les deux policiers à l'avant. Ils se sont pas gêner pour passer des mains sur nos culs parfaits. Elle soupire, s'enfonce dans son siège, mais impossible pour elle de rester sur place.  A peine une minute après, l'aînée Majima se redresse et se penche en avant vers son "ravisseur".

*** Eyh, mon mignon. Marmonne t-elle en essayant de se rendre séduisante, mais son attitude fais complètement contradictoire avec sa précédente remarque. Je suis toute mouillée... Et ce n'est pas seulement parce qu'on s'est baignées nues dans la fontaine du parc. Continuant dans la grossièreté, elle émet un petit soupir de plaisir avant de tenter - tant bien que mal - de baisser son décolté pour le rendre un peu plus plongeant. J'adorerais qu'on joue à la voleuse et au policier toi et moi ce soir...

Bon ça aurait pût marcher si ce vieux crouton empâté et gros n'avait utiliser sa matraque pour la repousser en arrière en la complimentant d'un " dégoutante ".

Si l'arrivée au commissariat se fait dans les plaintes de Kanon, ce n'est qu'une remarque qu'elle ne cesse de répéter à Karen telle une enfant capricieuse : Je veux pas faire de photo, Kareeen.. Je suis pas jolie pour la photo... Monsieur l'agent, laissez nous aller nous coiffer et nous maquiller, mhmhm. Bien entendu elle s'enfuira à la première occasion... Mais bon. Ce n'est pas non plus la première fois qu'elle se retrouve dans ce commissariat. So be it.







Revenir en haut Aller en bas
8 of spades

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
p'tit curieux
POTINS : 201
POINTS : 158
ICI DEPUIS : 18/07/2015
AGE : 25

COEUR : C'est quoi alors, l'amour ?
OCCUPATIONS : Master I en Art du Spectacle + Bloggeuse et Youtubeuse fashion/beauté. Sinon, vous la trouverez facilement à la salle de danse puisqu'elle fait partie du club ou au Starbucks. Mais vérifiez quand même si elle n'est pas planquée derrière son ordinateur, avant, ça peut être utile.


MessageSujet: Re: KANON ♦︎ C'est pas un mode de vie qu'on veut, c'est une vie à la mode. Ven 28 Aoû - 14:18

Karen laisse échapper un long soupire en entrant dans la voiture après Kanon, l’effleurant légèrement au passage. « Mais noooooon, c’est juste moiiiii ! », geint-elle de manière très peu chic en s’affalant à moitié sur sa cousine tant que policier l’a poussée à l’intérieur car elle ne voulait pas rentrer. Il est l’heure de passer au japonais, se dit-elle, au cas où elles voudraient parler d’un plan d’évasion sans être comprises des deux poulets assis à l’avant. Mais alors qu’elle va pour interpeler Kanon afin de commencer à parler sérieusement d’une évasion incluant le cassage héroïque de la vitre arrière avec uniquement leurs poings et leurs pieds et un saut spectaculaire de la voiture en marche — à pas moins de 30 kilomètres heure, rendez-vous compte —, ladite brunette commence à essayer de draguer celui assis à la place passager. Mauvaise idée, se dit-elle alors qu’elle faisait de même quelques minutes plus tôt. Elle va pour se redresser afin d’arriver à la hauteur de Kanon et ainsi capter son attention quand son nez rencontre une matière dure et froide qui l’atteint à toute vitesse. Une douleur assez fulgurante la fait gémir. Il ne lui a pas cassé le nez, avec sa foutue matraque, mais presque. Assez pour qu’elle saigne, sans vraiment s’en apercevoir, cela dit, trop occupée à l’inonder d’insulte tandis que les deux les trainent calmement jusqu’au poste, les prévenant qu’en continuant ainsi, elles ne s’attireraient que des ennuis pour en plus un outrage à agent public. Il soupire. Le pauvre ne devait pas s’attendre à ça en commençant sa nuit.

Il les confie à une femme un peu plus âgée, disons même qu’elle a passé la fleur de l’âge, en lui disant d’aller faire les photos habituels et de les mettre en cellule de dégrisement pour la nuit. Merde, se dit Karen. Les cellules de dégrisement sont des cellules individuelles. Elle refuse d’être séparée de Kanon. Mais dans le regard de cette femme qui les guide jusqu’à la pièce où ils prennent habituellement les photos servant au casier judiciaire, elle distingue une once de pitié. « Attendez, s’il vous plaiiiiiiit… » Pourquoi ne pas en jouer ? « Laissez-nous au moins nous laver le visage ! Je saigne du nez, s’il vous plaiiiit ! » La femme soupire et les fait s’assoir côte à côte sur des chaises avant de quitter la pièce. Elle revient quelques secondes plus tard avec un simple gant imbibé d’eau et une serviette. Tour à tour, elle leur lave le visage un peu brusquement, mais prenant soin d’effacer toute trace du maquillage dégoulinant de leurs yeux. Un peu comme une maman, remarque Karen à qui l’idée fait légèrement mal au coeur. Elle arrive à peine à tenir debout pour la photo. Lentement mais sûrement, l’alcool la fatigue. Elle n’aspire qu’à une chose, dormir. Mais pas toute seule, pas au commissariat.

Alors que de nouveau, la femme les guide jusqu’aux cellules, Karen hausse un sourcils quand elles passent devant celles de dégrisement mais ne s’y arrêtent pas. Elles s’arrêtent devant une cellule plus large avec un banc adossé au mur de celle-ci. La policière d’un certain âge ouvre la porte et les fait entrer. Toutes les deux. Karen cligne des yeux plusieurs fois, de surprise. « On est ensemble ! » s’écrit-elle joyeusement. Pendant quelques secondes, elle exécute une petite danse de la joie autour de la cellule puis, en l’espace d’un battement de cil, s’assoit sur le banc, les jambes légèrement écartées dans une position si peu féminine qu’elle entend le gardien ricaner. Il ne se gêne même pas pour la mater, se dit-elle. Tant mieux pour lui. Un long silence s’impose alors qu’elles regardent tout autour d’elles, la cellule austère et… « Bien… Bieeen, bien, bien… » Elle fait comme si elle avait trouvé une issue et fait à nouveau le tour de ce qui sera leur chambre pour la nuit. Puis, tout joyeusement, elle se tourne vers Kanon avec un grand sourire, ayant un regain d’intelligence et de lucidité. « Compte tenu de l'austérité observée, nous sommes contraints de revoir la majorité des hypothèses réalisables, si l'on veut s'en sortir un jour. » fait-elle soudainement. Cette phrase parfaite, sortie de nulle part, à le don de surprendre même le gardien qui cesse de rire et la regarde fixement. Elle le dévisage puis se marre. « Au pire, on peut toujours se mettre celui-là dans la poche et se faire la malle ? » Adieu, intelligence. Le garde claque sa langue contre son palet et décoche un grand coup de matraque contre les barreaux, les menaçant à nouveau.


Revenir en haut Aller en bas
9 of diamonds

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
p'tit curieux
POTINS : 184
POINTS : 113
ICI DEPUIS : 18/07/2015
AGE : 24

COEUR : Qu'est-ce que c'est ?
OCCUPATIONS : Etudiante en M2 Design et capitaine des cheerleaders. On peut facilement la trouver sur tinder ou au starbuck du coin lors de ses pauses... Car oui, madame vend des sous-vêtements pour gagner sa vie.


MessageSujet: Re: KANON ♦︎ C'est pas un mode de vie qu'on veut, c'est une vie à la mode. Dim 4 Oct - 22:08

Ensemble. Elles sont ensemble après toutes ces folies. Au fond de son esprit encore un tantinet lucide, Kanon se sent soulagée de ne pas être coincée dans une cellule individuelle. La solitude l'a toujours effrayé, encore plus dans des moments d'ébriété. Tandis qu'elle gratifie sa douce d'un sourire après sa remarque soulagée, elle se met à bailler d'une manière très féminine sans même se soucier qu'on puisse voir le fond de sa gorge. La fatigue se fait ressentir pour cette jeune femme et si ça continue, elle finira comme Jack de Titanic : au fonds des abysses. Après réflexion, Kanon conclu que ce bâillement venait de la remarque trop intelligente que venait de sortir Karen. Qu'est-ce qu'elle avait essayé de dire, à l'instant ? Pitié. Dit-elle en reprenant son bâillement après avoir repensé à cette phrase. Pitié, je n'ai pas le cerveau à réfléchir au sens des choses. Tu vas me perdre. Est-elle exténuée ? Il faut dire que dans une cellule aussi petite, difficile de s'occuper, si bien qu'à la nouvelle remarque de Karen quant à séduire ce fichu gardien, elle lève les yeux dans sa direction pour le dévisager.

Une seconde, puis deux passent... Et tout à coup, elle explose de rire, un rire hystérique et moqueur, le genre de rire vexant et contrariant. Karen. Je sais qu'on est désespérée,... Mais on a quand même une fierté. Elle respire un grand coup, mais reprend de plus belle. "Ça", dit-elle en japonais, parlant du gardien qu'elle désigne d'un mouvement de la tête, c'est vraiment du carton. Nous, chérie, il nous faut des diamants. Croqueuse de luxe, croqueuse de coeurs. Kanon continue de s'exprimer en japonais sans se soucier de voir si ce pauvre homme comprend un mot. Une chose est sûre : il sait qu'on parle de lui, car du coin de l'oeil, la bridée le vois s'agiter, impatient... Ou nerveux.

Souriant cette fois tel le chat de cheshire, elle intime sa cousine d'attendre avec un signe de tête. S'accroupissent, la brunette retire sa petite culotte en dentelle discrètement, profitant d'un moment d'inattention du monsieur. D'une démarche sensuelle - ou presque - elle s'avance vers les barreaux avant de passer sa main au travers pour faire tournoyer ma culotte. Reprenant en japonais, elle adopte une voix sensuelle. Regarde moi ce petit cochon rougir, regarde et entends ses petites pensées malsaine. Vilain policier. Tu veux punir la vilaine Maxima Kanon hein? Oh, ça n'allait lui attirer rien de bon, mai soit. La provocation, c'était dans les cordes des Majima et sous l'alcool, rien ne pouvait les effrayer.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

p'tit curieux

MessageSujet: Re: KANON ♦︎ C'est pas un mode de vie qu'on veut, c'est une vie à la mode.

Revenir en haut Aller en bas
 
KANON ♦︎ C'est pas un mode de vie qu'on veut, c'est une vie à la mode.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» KANON ♦︎ C'est pas un mode de vie qu'on veut, c'est une vie à la mode.
» Facebook, fac et comptoir de la mode
» Système d'échanges entre villes en mode solo
» NBA 2k9 [mode association]
» Mode amusant pour Pouda

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
4 SHADES OF (CRADES) CARDS :: Chinatown-